vendredi 2 août 2013

Nettoyage au jardin (1)

Je vous montre toujours le beau côté du jardin mais j'ai décidé aujourd'hui de vous expliquer que, pour avoir un "beau" jardin, celui-ci requiert énormément de travail.
Cet article fait aussi un peu écho à celui de Laetitia, qui nous explique son découragement et à celui d'Isabelle hier, qui nous remonte le moral en nous expliquant que c'est normal de ressentir ce "blues" du jardinier, les plus belles et les plus nombreuses floraisons étant derrière nous.

Depuis début avril, date à laquelle j'ai pu réellement commencer à tailler les rosiers, hiver à prolongations oblige, j'ai pratiquement passé 3 à 4 heures par jour dans le jardin pour essayer de récupérer le temps perdu. Autant vous dire que c'était mission impossible avec un jardin de 15 ares  même en ayant un Stephan qui a pratiquement passé tous ses loisirs à s'occuper du jardin et à donc me donner un coup de main beaucoup plus important que les autres années !

Voilà pourquoi, après les chaleurs de juillet et les orages violents de la semaine passée qui ont laissé le jardin en piteux état, j'ai ressenti une certaine lassitude à la vue de travail à effectuer... Surtout que la vie ne se résume pas qu'à jardiner, des travaux beaucoup moins agréables comme l'entretien de la maison, les bouches à nourrir, les conserves pour l'hiver... et les travaux en cours (ce sera le sujet d'un autre post) sont des activités journalières aussi !

Mais à lire vos commentaires chez Laetitia et chez Isabelle, je me suis sentie moins seule et j'ai repris du poil de la bête !!!
Voilà pourquoi hier, j'ai retroussé mes manches et à la faveur de la relative fraîcheur matinale, j'ai commencé à nettoyer un coin du jardin que je vous montre rarement, à savoir une partie du parterre sous le saule tortueux derrière la cascade, là où j'ai trouvé les bébés de Mumu (voir ici).

Grosse bête que je suis, je n'ai pas fait de photo avant de commencer mais voici un aperçu après 3 heures de travail et beaucoup de sueur !!!

Vue du côté gauche

Vue de face

Vue du côté droit
 
Et ce qui suit est le résultat du désherbage, de la taille des rosiers, de l'arrachage des iris des marais qui se sont semés là tout seuls et des rouges Crocosmia "Lucifer" que je ne veux plus voir !
Sans parler des orties que j'ai enlevées également et que j'ai réexpédié à l'envoyeur, à savoir la prairie d'à côté ! ;)
 

 
J'ai dû également tuteurer les roses trémières tombées en tous sens. Pas très jolis les piquets mais pratiques et résistants !
 
 
Grâce à ce travail, ma vasque d'annuelles est de nouveau visible ainsi que les vivaces...
 
 
 
... comme ces Hémerocalles 'Summer Wine' et cet Hydrangea arborescens 'Invincibelle' reçu à Daniel Schmitz l'année passée !
 

 
En parlant d'orties, avez-vous remarqué le beau massif formé par celles-ci derrière le filtre de l'étang ? Quand on refuse de pulvériser, il faut en assumer les conséquences !
 
Si Stephan me lit : "Ma petite louloutte adorée, tu penseras à passer la débrouissailleuse, s'il te plaît ? Merciiiii de penser à mes bras qui sont plein de piqûres !!! "
 
Il faudra que je déplace certaines plantes et rosiers et empêcher certaines roses trémières de se ressemer n'importe où mais l'essentiel, c'est que j'ai récupéré au moins 2 places pour de nouveaux rosiers venus d'Australie !!! Whish list, où es-tu ? :D
 
 
 
 
 

20 commentaires:

  1. Je suis bien contente de lire ton article Laurence et de voir que le mien a finalement soulagé plusieurs personnes ! Tu as fait du beau travail et tu peux être fière de toi. J'ai moi aussi les bras lacérés et plein de piqures . Cela en valait la peine car a floraison des Echinaceas qui commence ici, embellit mon massif depuis que j'ai enlevé les annuelles grillées !
    Bonne journée et gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre club va donc comprendre aussi les lacérées des bras ! ;)

      Supprimer
  2. C'est l'envers du décor: que seuls nous les jardiniers connaissons. Tailler , couper, arracher les mauvaises herbes, ramasser, suer puis tout transporter dans la brouette. Se dire en revenant avec la brouette vide: il y a encore ça à faire et ça mais ne plus avoir ni le courage, ni l'envie. Et le lendemain retrouver sa passion intact pour le jardin. C'est à la fois dur et passionnant... Bonne journée Laurence. je crois qu'aujourd'hui, tu ne feras pas grand chose au jardin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Béné, je n'ai rien fait au jardin à part arroser lorsque la t° a baissé le soir !
      Bonne journée !

      Supprimer
  3. Beau travail, Laurence ! J'aime beaucoup ton massif d'orties; j'en ai plusieurs de cette taille (et même plus vastes) dans mon jardin ! Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis heureuse de t'avoir redonné un peu de peps. Beau travail !

    RépondreSupprimer
  5. On lui consacre beaucoup de temps et d'énergie mais finalement, à bien y regarder, même en ce moment de creux, le jardin nous le rend bien!
    J'admire ton massif d'orties ;) Imagines les colonies de coccinelles qui y sont nées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais regardé les orties sous cet angle-là ! ;)

      Supprimer
  6. Encore un article qui me fait le + grand bien !... En tout cas, aujourd'hui c'est repos dans la fraîcheur de la maison !... Je vais juste placer aussi quelques piquets pour arrimer les R.T. d'autant + qu'on annonce encore des orages ce soir ou cette nuit ...

    RépondreSupprimer
  7. Quand je pense que je n'arrive pas à implanter le fameux lucifer dans mon jardin et quand je vois les masses de pousses désherbées je me rapelle qu'on n'a pas tous le même sol et le même climat. Beau travail en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarre car il se développe très bien dans différents endroits du jardin aux sols tout aussi différents !
      Veux-tu que je t'envoie des bulbes lorsque je les retirerai en automne ?

      Supprimer
    2. Eh bien pourquoi pas ? c'est mieux que le composteur ou la déchetterie ! J'ai réussi à implanter les classiques bretons orange et une variété plus jaune, mais je ne sais pas Lucifer fait vraiment de la résistance, alors que son rouge feu serait vivement apprécié ici.
      Tiens moi au courant quand tu fais l'arrachage, je préparerai le terrain :)
      Merci

      Supprimer
  8. Justement hier j'avais un petit coup de mou, me demandant si j'allais arriver à assumer tout le travail qu'exige mon jardin que j'implante depuis deux ans et demi à partir d'un terrain dévasté par l'installation d'une géothermie
    aujourd'hui par contre j'ai retrouvé mon énergie intacte!!
    Pacloue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de t'avoir remonté le moral ! :D

      Supprimer
  9. Tu as abattu du beau travail ! Même si on est un peu découragé certains jours, la passion reste intacte et on reprend sécateur, brouette, bêche et binette le lendemain... ou le surlendemain... ! Groooos bisous!

    RépondreSupprimer
  10. Bravo! Quel travail par cette chaleur! cela relève de l'exploit!
    Tu devais être épuisée mais fière du travail accompli.

    RépondreSupprimer
  11. Comme je te comprends. Pour ma part un hectare de terrain c'est beaucoup surtout quand le travail au jardin correspond avec la saison touristique (cinq chambres d'hôtes). Alors nous avons fait des choix. La plus grande partie du jardin a été converti en bois d'espèces régionales, des allées larges à tondre (une journée à une après midi par semaines en fonction de la pluie). Sous les arbres, les espaces sont gérés au minimum jusqu'à ce que le manque de lumière donne complètement l'aspect 'bois'. par ailleurs, il yn a le jardinet de fleurs d'environ 600 mètres carrés qui était traité 'ossature buis' ce qui me facilitait beaucoup les choses, mais je viens de perdre les buis(oh rage, oh désespoire). C'est ce jardin là qui demande le plus de travail d'autant qu'il est en restructuration complète. Là je travaille à la fraîche avant les petits déjeuners. Ce qui est fait est fait pour le reste tant pis. Voilà je compose avec la nature et avec le temps. Comme vous (les blogueuse jardinières) je désespère parfois en voyant vos magnifiques photos et puis l'amour du jardinage est tellement rempli d'espoir et de bonheur que tout s'efface devant une rose ou un tilleul en fleurs. Merci en tout cas pour tous ces beaux partages qui nous permettent des échanges et des rencontres virtuelles ou plus. Amitié. Frédérique

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Laurence, je suis bien contente de lire les différents commentaires relatifs à ton article ; je me sens moins seule face à l ampleur de la tâche à accomplir dans mon jardin. Courage à tous,

    RépondreSupprimer
  13. et oui avec 1.3 ares j'ai moins de travail, mais aussi moins de plaisir ! quand je vois ton énorme tas d'ortie je pense de suite : fais un purin d'orties ! ça donnera une vrai utilité à cette piquante plante ! Note aussi que si tu veux vraiment diminuer leur présence il faut les arracher et non les couper... mon homme me laisse cette délicieuse tache, il parait que lui il se pique... je ne sais pas si tu connais le truc mais sur les piqures d'orties tu passes de suite du vinaigre et ça soulage ! j'emporte carrément coton et bouteille au jardin quand je m'attaque à elles !
    Bonne journée
    Bises
    Lydie

    RépondreSupprimer
  14. Le découragement, c'est aussi ce que j'ai ressenti quand je suis rentrée de vacances fin juillet. Mes phlox quasiment grillés, les rosiers fleuris au moment de notre départ et ceux achetés à la fête des roses à l'abbaye de Chaalis étaient vraiment moches au retour. Bref du travail pour remettre mon petit jardin en état (328 m2).

    RépondreSupprimer

Trois petits mots, une grande phrase ou un roman... je serai toujours contente de vous lire !